Your browser does not support JavaScript!

 

 

Flamenco Barcelona  Flamenco Barcelona  Flamenco Barcelona  Flamenco Barcelona  Flamenco Barcelona  Flamenco Barcelona  Flamenco Barcelona  Flamenco Barcelona

 
Mère de différents chants possédant le même rythme. Il s’agit de l’épine dorsale du flamenco. Cependant, qui ne s’est jamais senti seul ? On exprime, via la soleá, la mélancolie de celui qui souffre ce mal, que ce soit par abandon de l’être aimé ou bien d’un amour impossible. Dans leurs paroles, on y aborde les sentiments de l’âme les plus divers.
Il s’agit des enfants légitimes de la soleá. Ils se distinguent rapidement par la lamentation que la guitare exécute en préambule du chant, mélodie sur laquelle le cantaor y posera sa voix par la suite. Les ayes, ces mots monosyllabiques que le cantaor utilise pour se plaindre dans les autres palos, sont remplacés dans la caña par des aes répétitifs. Pour le différencier à son frère le polo, on réserva la voyelle o. Aussi bien la caña que le polo se termine par une variation finale dénommée el macho. Au sujet de la danse, la caña posséda son meilleur interprète en la personne de Pilar López, la plus majestueuse de toutes les danseuses. Dans le film Duende y misterio del flamenco, Edgar Neville l’immortalisa aux côtés d’Alejandro Vega, le bailaor avec qui elle se sentait le plus à l’aise dans cette danse. Un autre exemple de caña historique et celle d’Antonio, dans laquelle il faisait étalage de toute sa maîtrise de la cape espagnole, chantée par Antonio Mairena et interprétée par le célèbre guitariste Manuel Morao.